Infarctus cérébral_1

Selon l'étiologie et la localisation, les formes suivantes sont distinguées:

  1. Atérothrombotique. La principale cause de cette lésion est l'athérosclérose. L'infarctus cérébral atérothrombotique survient plus souvent que les autres (environ 70% de tous les cas de pathologie), touche principalement les femmes âgées.
  2. Infarctus cérébral cardio-embolique provoqué par une thrombose de l'artère cérébrale. Cette forme d'accident vasculaire cérébral se développe dans un contexte de lésions cardiaques, accompagnées de thrombus pariétaux.
  3. Hémodynamique. Il se développe en raison d'une forte diminution de la pression artérielle. Une crise de crise cardiaque hémodynamique peut se développer de façon spectaculaire, dans le contexte du bien-être d'une personne.
  4. Lacunar. Il représente environ 20% de tous les cas de pathologie. Elle se caractérise par le développement d'un petit foyer nécrotique (jusqu'à 2 cm) dans les tissus profonds des hémisphères cérébraux ou dans la section de la tige. La cause de cette lésion est l'obstruction des petites artères cérébrales. Souvent au site de la nécrose, un kyste se forme avec un liquide qui n'altère pas le fonctionnement du cerveau.
  5. Hémorhéologique. Cette forme de crise cardiaque est la conséquence d'un dysfonctionnement du système de coagulation sanguine. Affecte souvent plusieurs artères à la fois, provoquant un foyer étendu de nécrose. Nécessite une thérapie complexe immédiate avec des thrombolytiques et des anticoagulants.

En fonction des caractéristiques pathogénétiques, les types d'infarctus cérébral suivants sont distingués:

  • thromboembolique - une crise cardiaque provoquée par une thrombose des artères cérébrales, c'est-à-dire associée à l'occlusion du vaisseau intracrânien avec une masse thrombotique ou une formation athéroscléreuse;
  • rhéologique - causée par des modifications du système de coagulation sanguine. Le blocage vasculaire avec des caillots sanguins dans ce cas est dû à une augmentation de la viscosité et à une augmentation de la coagulation sanguine due à une polyglobulie ou une érythrocytose;
  • lacunaire - se forme lors du blocage des petites artères intracrâniennes, se produit généralement à la suite d'une hypertension artérielle. Le développement de petits foyers de crise cardiaque est caractéristique.

L'infarctus thromboembolique comprend l'athérothrombotique et le cardioembolique. Dans l'infarctus athérothrombotique, la thrombose ou l'embolie d'un vaisseau artériel provient de foyers d'athérosclérose des artères intracérébrales. L'infarctus cérébral cardioembolique se développe à la suite d'une embolie cardiocérébrale dans les maladies cardiaques. Dans ce cas, les emboles formées dans les cavités du cœur sont introduites dans le système artériel du cerveau par une circulation sanguine.

insulter i infarkt - Infarctus cérébral_1

Le type thromboembolique comprend également l'infarctus cérébral hémodynamique, qui se produit lorsqu'une forte baisse de la pression artérielle sur un fond de sténose sévère des vaisseaux du cerveau ou du cou.

Les premiers signes de la maladie chez la femme

Les premiers signes d'un accident vasculaire cérébral sont ce que ressent le patient lui-même et comment toutes les personnes qui l'entourent le voient, ce qui est un indicateur de la nécessité de soins médicaux. Tout le monde devrait connaître ces manifestations afin de pouvoir les déterminer correctement face à une maladie. Les premiers et principaux signes d'un accident vasculaire cérébral sont des dommages aux terminaisons nerveuses de la tête et du corps.

Il est facile de déterminer un AVC en demandant au patient de faire ce qui suit:

  1. Sourire - a une apparence non naturelle, la position des coins des lèvres est différente en raison de la violation des contractions des muscles du visage;
  2. Levez les mains - les actions sont incohérentes, le membre du côté affecté est impuissant (ne se lève pas), les bras, quelles que soient les actions du patient, sont abaissés, aucune force n'est ressentie en serrant la main;
  3. Quelque chose à dire - à cause de la défaite, la parole sera lente, difficile à cause d'une paralysie musculaire.

Il existe d'autres signes d'un AVC qui confirment le fait de sa présence, mais ces signes indiquent également que le patient est à un stade où de nombreux processus seront irréversibles. Cela signifie que plus l'aide du personnel médical est fournie rapidement, plus il est réaliste d'éviter les conséquences négatives de la maladie.

Soit dit en passant, un AVC ischémique peut être reconnu avant que les processus destructeurs ne commencent dans le cerveau. Il s'agit notamment des attaques ischémiques à court terme ou des crises hypertensives. Si vous les identifiez à temps, vous pouvez empêcher le développement d'un accident vasculaire cérébral. Une saturation en oxygène insuffisante du cerveau peut être déterminée indépendamment à la maison grâce à une enquête.

Pour constater la présence de la maladie, il suffit de recevoir de deux réponses positives aux questions suivantes:

  • Maux de tête, ne peut pas trouver de lieu de douleur. Cette douleur n'est pas le résultat d'une pression accrue, d'un surmenage ou des intempéries;
  • Étourdissements constants, particulièrement durs en essayant de bouger;
  • Il y a du bruit dans la tête, constant ou intermittent;
  • Problèmes de mémoire à court terme; la logique fonctionne toujours dans la bonne direction;
  • Il y a des problèmes de sommeil et les performances se détériorent.

La présence d'au moins deux réponses positives devrait être le premier signal que les processus de développement d'un AVC peuvent être lancés. Dans ce cas, le patient doit être présenté à un spécialiste.

Étapes

La gravité de la lésion et les manifestations cliniques dépendent du diamètre du vaisseau obstrué ou rompu, de son emplacement. Le processus pathologique conditionnel est divisé en plusieurs étapes:

  1. Fermeture complète de la lumière du vaisseau par un thrombus, une plaque athérosclérotique ou une rupture d'une artère.
  2. Violation du trophisme des tissus cérébraux.
  3. Destruction et ramollissement de la structure des neurones (cellules nerveuses fonctionnelles), leur mort.
  4. La formation d'une zone de nécrose, c'est-à-dire des changements irréversibles dans la structure du tissu cérébral, ce qui entraîne une violation des fonctions cognitives motrices.

Les symptômes d'un accident vasculaire cérébral commencent à apparaître immédiatement après la première étape du processus pathologique. Avec des soins médicaux en temps opportun (hospitalisation, prise d'anticoagulants, etc.), qui rétabliront l'approvisionnement en sang des tissus et des cellules, aucun développement de la pathologie ne se produira, les complications et les conséquences d'un AVC d'apoplexie seront minimes.

Causes

Les différences entre les deux maladies sont à l'origine des accidents vasculaires cérébraux et des crises cardiaques. Ce dernier apparaît en raison de caillots sanguins dans les vaisseaux. Il en va de même pour les AVC ischémiques, mais seuls les vaisseaux sanguins sont endommagés dans le cerveau. C'est la principale différence entre la forme myocardique et l'infarctus cérébral. La forme hémorragique d'une telle maladie se développe en raison de la rupture des parois des vaisseaux sanguins.

Causes de l'infarctus du myocarde:

  • athérosclérose;
  • thrombose;
  • augmentation de la coagulation sanguine.

De plus, il affecte le tabagisme, le diabète, l'alcoolisme, un rythme cardiaque perturbé, l'obésité, le stress et une prédisposition héréditaire.

Conséquences

Tout type d'infarctus cérébral peut provoquer un certain nombre d'effets indésirables qui réduisent le niveau de vie du patient ou conduisent à une invalidité. Ceux-ci inclus:

  • paralysie partielle ou complète;
  • démence, troubles cognitifs;
  • difficulté à avaler;
  • déficience visuelle ou cécité complète;
  • le développement de crises d'épilepsie, de crises;
  • dysfonctionnement des organes pelviens;
  • incontinence urinaire.

Les conséquences d'un infarctus cérébral peuvent être nombreuses, selon la focalisation du processus pathologique, les centres vitaux affectés, l'état actuel du patient et d'autres facteurs. Le pronostic sera presque toujours favorable si, après un AVC ischémique, une personne est consciente, capable de prendre soin d'elle-même (au moins en partie) et peut exercer un contrôle sur ses besoins naturels.

Dans ces cas, le patient peut être traité dans un hôpital d'un hôpital local et son rétablissement a lieu à domicile sous la supervision d'un neurologue de la communauté. Le patient reçoit un régime alimentaire approprié, des exercices thérapeutiques, des procédures pour développer des membres engourdis ou paralysés. Avec un infarctus cérébral, tout développement d'événement, à l'exception d'une issue fatale, est favorable (même en cas d'enregistrement du handicap d'un patient).

Chez les patients qui ont pu survivre après un infarctus cérébral, les conséquences de cette pathologie persistent jusqu'à la fin de la vie (seul un faible pourcentage peut compter sur une guérison complète). Le plus souvent, les effets suivants sont enregistrés:

  • Divers troubles de l'activité motrice (par exemple, incapacité à bouger une main ou des doigts, engourdissement, atrophie des membres, perte complète de sensibilité).
  • Troubles intellectuels et ménagers (problèmes de mémoire, diminution des capacités mentales, agressivité et irritabilité sans cause, larmoiement, troubles du sommeil).
  • Troubles de la parole (le patient peut non seulement parler inaudible, mais aussi ne pas comprendre les phrases et les mots qui lui sont adressés).

Ce qui est pire

Avec une crise cardiaque, les conséquences peuvent être: arythmie, insuffisance cardiaque aiguë, caillots sanguins, inflammation du péricarde, pleurésie, cardiosclérose. Un AVC ischémique provoque la mort des tissus cérébraux, une altération de la motricité, une fonction mentale, une sensibilité des jambes et des bras, une dépression, des problèmes d'élocution. La forme hémorragique est capable de provoquer un œdème cérébral, des problèmes de vision, un coma, des troubles mentaux et une paralysie.

Quelle que soit la différence entre un AVC et une crise cardiaque, les deux conditions sont graves et présentent un risque élevé de décès pour les patients. Mais nous devons nous rappeler que la privation d'oxygène pendant un AVC est plus dangereuse qu'avec le même état dans les tissus cardiaques, car les dommages irréversibles commenceront dans 5 minutes. Avec l'infarctus du myocarde, la période est augmentée à 20 minutes, il y a donc plus de chances de sauver le patient.

Avec un accident vasculaire cérébral, une condition irréversible se produit, car les fonctions nécessaires à une vie normale peuvent être perdues. Et même une longue période de rééducation n'aidera pas à les restaurer. Avec l'infarctus du myocarde, les chances de guérison sont plus grandes.

Prévision

En raison de la mort rapide des cellules cérébrales fonctionnelles, des troubles neurologiques se développent. Selon le type de crise cardiaque, le volume du foyer nécrotique, la lésion peut avoir les résultats suivants:

  1. Bon augure Dans ce cas, la conscience de la victime est restaurée après une courte période de temps (1-2 heures), les fonctions motrices et cognitives ne sont pas altérées.
  2. Intermittent. Avec un diagnostic rapide, l'accouchement à l'hôpital et le traitement et la réadaptation initiés, presque toutes les fonctions perturbées sont sujettes à restauration. Dans ce cas, des rechutes de l'AVC se produisent souvent, des pathologies secondaires des systèmes respiratoire et cardiovasculaire se joignent. Pour maintenir la santé du patient, une surveillance médicale, un apport régulier d'agents antiplaquettaires, de médicaments antipyrétiques, de diurétiques, une normalisation et un contrôle de la pression artérielle sont nécessaires.
  3. Progressif. Les tissus fonctionnels et les cellules cérébrales altérés ne peuvent pas être restaurés; toutes les mesures thérapeutiques visent à empêcher le patient de se détériorer.

Foto 1 33 - Infarctus cérébral_1

La probabilité de décès dans les premières semaines après la lésion, selon les statistiques, est d'environ 20% pour les pathologies de type ischémique et d'environ 55% pour les hémorragies. Les principales causes de décès dans ce cas sont les complications (insuffisance cardiaque, thromboembolie, infarctus du myocarde). L'âge du patient et la présence de maladies chroniques sont importants dans ce cas.

Les conséquences de l'infarctus cérébral peuvent varier dans chaque cas individuel. Le plus dangereux pour la vie d'une personne est la première semaine après une attaque, car pendant cette période, les patients peuvent mourir d'un œdème, de pathologies cardiovasculaires sous une forme aiguë. Au cours des deuxième et troisième semaines, une mortalité par pneumonie, thrombose et insuffisance cardiaque aiguë est notée.

Le pronostic est considérablement aggravé pour les personnes ayant subi un infarctus cérébral répété. Selon les statistiques, cette pathologie ne réapparaît que parce que les personnes elles-mêmes (par exemple, après un traitement à l'hôpital et une rééducation) cessent de se considérer comme malades, oubliant la simple prévention des rechutes. Une crise cardiaque secondaire entraînera toujours une aggravation des conséquences qui se sont développées pour la première fois: de nouvelles lésions se forment sur les structures cérébrales.

La prévention

Afin d'éviter l'infarctus cérébral, il est nécessaire de mener une vie saine, de subir régulièrement des examens médicaux et de traiter en temps opportun les maladies chroniques. Pour empêcher le développement d'une pathologie aussi dangereuse, il existe un certain nombre de recommandations:

  1. Si vos proches de sang souffrent de crises cardiaques, passez un examen complet et commencez un traitement préventif avec des médicaments.
  2. Abandonnez les mauvaises habitudes (tabagisme, alcool).
  3. Évitez le stress.
  4. Observez l'activité motrice.
  5. Limitez l'utilisation du sel, des aliments gras, des viandes fumées, des saucisses.
  6. Réduisez le café.
  7. Si vous êtes sujet à l'hypertension, surveillez votre tension artérielle.

Detonic - un médicament unique qui aide à lutter contre l'hypertension à tous les stades de son développement.

Detonic pour la normalisation de la pression

L'effet complexe des composants végétaux du médicament Detonic sur les parois des vaisseaux sanguins et le système nerveux autonome contribuent à une diminution rapide de la pression artérielle. De plus, ce médicament empêche le développement de l'athérosclérose, grâce aux composants uniques impliqués dans la synthèse de la lécithine, un acide aminé qui régule le métabolisme du cholestérol et empêche la formation de plaques athérosclérotiques.

Detonic pas de syndrome de dépendance et de sevrage, car tous les composants du produit sont naturels.

Informations détaillées sur Detonic se trouve sur la page du fabricant www.detonicnd.com.

Tatyana Jakowenko

Rédacteur en chef du Detonic magazine en ligne, cardiologist Yakovenko-Plahotnaya Tatyana. Auteur de plus de 950 articles scientifiques, y compris dans des revues médicales étrangères. Il a travaillé comme un cardiologist dans un hôpital clinique depuis plus de 12 ans. Il possède des méthodes modernes de diagnostic et de traitement des maladies cardiovasculaires et les met en œuvre dans ses activités professionnelles. Par exemple, il utilise des méthodes de réanimation cardiaque, de décodage de l'ECG, de tests fonctionnels, d'ergométrie cyclique et connaît très bien l'échocardiographie.

Depuis 10 ans, elle participe activement à de nombreux symposiums médicaux et ateliers pour médecins - familles, thérapeutes et cardiologists. Il a de nombreuses publications sur un mode de vie sain, le diagnostic et le traitement des maladies cardiaques et vasculaires.

Il suit régulièrement les nouvelles publications des journaux européens et américains cardiology revues, rédige des articles scientifiques, prépare des rapports lors de conférences scientifiques et participe à des cardiolcongrès ogy.

Detonic