L'angiomyolipome du rein de quoi s'agit-il, est-il mortel et comment le traiter

Le néoplasme rénal le plus typique est l'angiomyolipome. Son apparence ne dépend pas du sexe et de l'âge, mais les personnes de 40 à 60 ans et les femmes enceintes sont les plus sujettes à cette maladie.

Parfois, ces néoplasmes peuvent apparaître à la fois dans les glandes surrénales et dans le pancréas. Mais ces cas sont si rares que l'angiomyolipome est principalement associé à une maladie rénale.

  • thérapies
  • La prévention
  • Qu'est-ce que l'angiomyolipome et sa catégorie

    L'angiomyolipome est une croissance bénigne qui affecte les muscles et la graisse, ainsi que les capillaires, à la suite de quoi ces derniers perdent leur forme et n'exécutent pas leurs fonctions. Au fil du temps, ce néoplasme pour de nombreux facteurs peut se transformer en un type mortel.

    Selon la catégorie analytique mondiale des maladies CIM 10, l'angiomyolipome fait référence à des croissances de graisses et porte le code suivant - M8860 / 0 (D17).

    Ces néoplasmes sont génétiques et obtenus. Dans le tout premier cas, la croissance commence à s'établir dans l'utérus, pour cette raison, elle touche 2 reins en même temps. Avec la nature obtenue de la maladie, les néoplasmes dans 75% des cas n'affectent qu'un seul rein, c'est pourquoi, lors du diagnostic médical, il est nécessaire de suggérer dans quel rein se situe la croissance.

    La menace de l'angiomyolipome

    En raison de leur nature bénigne, ces néoplasmes en eux-mêmes n'endommagent pas le corps et, à de petites tailles, peuvent ne pas se manifester pendant une longue période de temps. Cependant, avec le développement de la croissance, la circulation sanguine dans le rein se dégrade considérablement, ce qui peut entraîner la disparition de certaines de ses parties, ce qui entraînera une interruption des performances de l'organe.

    En outre, avec un développement brutal du néoplasme, les ruptures rénales, à la suite desquelles une hémorragie interne se forme, peuvent entraîner la mort d'un individu. De plus, dans ce cas, il y a une forte probabilité que la croissance se détériore d'un type bénin à un type mortel avec sa propagation à d'autres organes.

    Causes de l'angiomyolipome

    Les principaux facteurs en raison desquels un angiomyolipome apparaît dans le rein sont:

  • Irrégularités génétiques. Le principal facteur de l'apparence des néoplasmes chez les bébés.
  • Toutes sortes de maladies rénales liées à des procédures inflammatoires dans les tissus musculaires.
  • Oncologie du système urinaire humain.
  • Violation du fond hormonal d'une femme tout au long de la grossesse.
  • Mort naturelle liée à l'âge des tissus adipeux et musculaires.
  • Circulation sanguine insuffisante en raison de la constriction du capillaire.

    Cependant, le système de développement de telles excroissances par les médecins n'est pas complètement compris. Par conséquent, avec le temps, la liste des facteurs ne fera qu'augmenter.

    kak vigl - 5

    Symptômes de la maladie

    Comme discuté ci-dessus, avec une petite taille, la croissance n'a pas de signes visibles. Cependant, avec son développement, à plus de 5 cm, des ruptures commencent à apparaître dans les vaisseaux et les tissus, ce qui déclenche des hémorragies dans le corps. Ces procédures sont accompagnées de:

    • Rougeur de l'urine, due à la pénétration de sang.
    • Incohérence de l'hypertension artérielle due à une perte de sang. À la suite d'une pression artérielle basse, des étourdissements et des évanouissements peuvent survenir.
    • Pâleur de la peau et anémie.
    • Douleur dans le bas du dos et la région abdominale. L'inconfort est particulièrement intense lors de la flexion et de la rotation du corps.

    fl11 - 7

    Pour de tels signes, il est nécessaire de parler avec un professionnel de la santé le plus rapidement possible pour un diagnostic médical et une évaluation avec un expert.

    Traitements diagnostiques

    Pour identifier la nature, la taille et la position du néoplasme, les médecins effectuent toute une gamme de nombreux traitements diagnostiques. Ceux-ci consistent en:

  • Échographie d'organe (échographie).
  • Radiographie.
  • Analyses de sang et d'urine.
  • Imagerie par résonance magnétique et calculée (CT et IRM).
  • Angiographie échographique.
  • Biopsie.

    Chaque technique de diagnostic est requise à une étape spécifique de l'évaluation du client.

    Detonic - un médicament unique qui aide à lutter contre l'hypertension à tous les stades de son développement.

    Detonic pour la normalisation de la pression

    L'effet complexe des composants végétaux du médicament Detonic sur les parois des vaisseaux sanguins et le système nerveux autonome contribuent à une diminution rapide de la pression artérielle. De plus, ce médicament empêche le développement de l'athérosclérose, grâce aux composants uniques impliqués dans la synthèse de la lécithine, un acide aminé qui régule le métabolisme du cholestérol et empêche la formation de plaques athérosclérotiques.

    Detonic pas de syndrome de dépendance et de sevrage, car tous les composants du produit sont naturels.

    Informations détaillées sur Detonic se trouve sur la page du fabricant www.detonicnd.com.

    Évaluation échographique

    L'échographie est l'un des types d'études de recherche les plus typiques pour la décision principale de l'existence de développements irréguliers. Lors de son exécution, le professionnel de la santé peut identifier avec précision le degré de la maladie et choisir également un traitement supplémentaire. L'intérêt essentiel de cette technique par rapport aux autres est l'absence de rayonnement tout au long de son application.

    Radiographie

    La radiographie, comme l'échographie, est la principale technique d'identification des excroissances. L'image révèle clairement la taille et la position de l'anomalie. Récemment, ils tentent de changer ce type d'évaluation avec une échographie, car tout au long de celle-ci, un individu reçoit un petit dosage de rayonnement.

    Tests de sang et d'urine

    Sur la base des résultats des analyses de sang et d'urine, il peut être conclu qu'il existe des procédures inflammatoires dans le corps, ainsi que s'il existe des saignements internes déclenchés par le développement de néoplasmes.

    CT et IRM

    Ces approches diagnostiques sont utilisées lorsqu'une élimination chirurgicale de la croissance est nécessaire. Ils vous permettent d'obtenir une image en trois dimensions d'une anomalie dans un organe dans de nombreux avions. De telles recherches aident à localiser et à se débarrasser de l'angiomyolipome avec très peu de répercussions sur le corps.

    Angiographie échographique

    L'angiographie par ultrasons est utilisée pour analyser les vaisseaux d'un organe. Cette étude de recherche permet d'identifier leurs éventuelles pathologies et modifications structurelles. Lorsqu'il s'agit de croissances, il est nécessaire de se débarrasser entièrement des vaisseaux présentant des défauts, car un néoplasme peut s'établir à nouveau à partir d'eux.

    Biopsie

    Ce type d'évaluation aide à identifier la nature du néoplasme. Pour l'étude de recherche, un petit morceau de tissu de l'anomalie est pincé. Après l'avoir étudié, on conclut que la croissance est bénigne ou mortelle.

    thérapies

    Le traitement de l'angiomyolipome rénal a 2 instructions - médicamenteuses et chirurgicales. L'option du type de traitement dépend de la taille et du taux de développement de l'irrégularité, ainsi que de l'état de base de l'organe.

    Un traitement médicamenteux est utilisé en cas d'évolution asymptomatique de la maladie, d'absence ou de développement tumoral non pertinent, avec sa petite taille, qui ne dépasse pas 4 cm. Le cours du traitement est effectué avec des inhibiteurs et est créé pendant un an. Cette technique ne permet pas d'éliminer entièrement la maladie, mais aide à arrêter le développement de l'anomalie et, dans de nombreux cas, à la réduire.

    Dans les cas où le traitement médicamenteux ne donne pas de résultats et qu'il n'y a pas de développement de l'anomalie, les médicaments sont arrêtés et le client est désigné des évaluations annuelles pour dépister l'avancement de la croissance.

    Une intervention chirurgicale est nécessaire avec le développement rapide du néoplasme, sa taille est supérieure à 5 cm, ainsi que l'apparence d'un saignement interne dû à la rupture des tissus capillaires et des organes. L'une des approches suivantes est choisie en fonction de l'évolution de la maladie:

  • Embolisation. Cette stratégie comprend l'obstruction du capillaire lié à l'angiomyolipome, ce qui entraîne un ralentissement de son développement et, dans de nombreux cas, une diminution de la taille. Cette technique est principalement utilisée pour localiser les anomalies avant la résection partielle ou totale et l'énucléation.
  • Énucléation. L'élimination de l'angiomyolipome est effectuée sans endommager les tissus voisins de l'organe. Cette technique doit être réalisée par un chirurgien esthétique extrêmement certifié, car si même une petite partie de la croissance reste, elle peut s'établir à nouveau.
  • Résection partielle. Une approche dans laquelle une partie du rein avec un problème est éliminée. Cette technique vous permet de maintenir la santé de l'organe, bien qu'à un niveau insuffisant.
  • Cryoablation. Ils ont commencé à l'utiliser assez récemment. L'essence de la technique est de se débarrasser de l'anomalie en petites parties, en utilisant un composé à basse température. Cette technique est idéale pour les petits angiomyolipomes.
  • Résection complète. S'il est difficile de se débarrasser du néoplasme sans interférer entièrement avec le fonctionnement du rein, il est complètement éliminé. Il est vraiment essentiel que le 2ème rein fonctionne normalement et ne présente aucune irrégularité.

    La prévention

    Étant donné que le système de l'apparence des néoplasmes n'est pas complètement compris, il n'y a pas de suggestions particulières pour éviter leur apparence. Dans ce cas, les médecins suggèrent plus de prudence, se réfèrent à toutes sortes de maladies et de procédures inflammatoires dans les reins, et passent également par une échographie au moins une fois par an, pour la détection rapide de l'existence d'anomalies.

  • Svetlana Borszavich

    Médecin généraliste, cardiologist, avec un travail actif en thérapie, gastro-entérologie, cardiologie, rhumatologie, immunologie avec allergologie.
    Maîtrise des méthodes cliniques générales pour le diagnostic et le traitement des maladies cardiaques, ainsi que l'électrocardiographie, l'échocardiographie, la surveillance du choléra sur un ECG et la surveillance quotidienne de la pression artérielle.
    Le complexe de traitement développé par l'auteur contribue de manière significative aux lésions cérébrovasculaires et aux troubles métaboliques du cerveau et aux maladies vasculaires: hypertension et complications causées par le diabète.
    L'auteur est membre de la Société européenne des thérapeutes, participant régulier à des conférences et congrès scientifiques dans le domaine de cardiologie et médecine générale. Elle a participé à plusieurs reprises à un programme de recherche dans une université privée au Japon dans le domaine de la médecine reconstructive.

    Detonic