Dissection d'un anévrisme de l'aorte - causes, symptômes et traitement

Pour comprendre les causes de ce défaut, vous devez avoir une bonne idée de la structure du navire lui-même. La paroi aortique a une membrane externe, des fibres musculaires dans la membrane moyenne, ainsi que la membrane interne (intima). Dans la membrane moyenne au niveau de l'arc aortique, il y a aussi des fibres nerveuses sensibles, qui peuvent causer de la douleur.

Normalement, les coquilles du vaisseau sont fermement soudées ensemble, donc lorsque la pression artérielle change, les parois s'étirent et sa lumière se dilate ou se rétrécit. L'étirement se produit uniformément en raison de l'élasticité des murs. Ils ont les fibres dites élastiques et le tissu conjonctif, qui donnent de la force.

La formation d'anévrisme est le plus souvent associée à une violation de la structure normale de la paroi. Les dépôts de diverses substances, la destruction des tissus ou l'inflammation provoquent un affaiblissement local. L'hypertension artérielle crée rapidement une saillie pathologique à cet endroit, qui est un anévrisme.

Il existe de nombreuses raisons pour les dommages aux parois de l'aorte, mais leur prévalence est inégale. La grande majorité des anévrismes de notre temps sont causés par des processus athérosclérotiques. Il y a un demi-siècle, la principale cause était la syphilis. De nos jours, cette raison se produit également, mais beaucoup moins souvent et, en règle générale, dans les pays du tiers monde. D'autres maladies pouvant entraîner la formation d'un anévrisme aortique sont très rares.

Les principales causes de la formation d'anévrismes aortiques sont les maladies et processus pathologiques suivants:

  • Athérosclérose. L'athérosclérose est actuellement la cause la plus fréquente non seulement des anévrismes aortiques, mais aussi de nombreuses autres maladies vasculaires. La maladie se résume à des troubles métaboliques, à la suite desquels le cholestérol et un certain nombre d'autres substances augmentent dans le sang. Ceci, à son tour, conduit à la formation de soi-disant plaques dans les artères. Dans les petits vaisseaux, cela se manifeste par un rétrécissement de la lumière et une obstruction de la circulation sanguine. Cependant, l'aorte est le plus gros vaisseau, de sorte que la plaque n'interfère pas beaucoup avec la circulation sanguine. Le problème est que les processus dégénératifs qui affaiblissent les membranes commencent dans la paroi vasculaire sous la plaque. En conséquence, la paroi perd son élasticité et l'hypertension artérielle entraîne progressivement sa saillie ou son expansion avec la formation d'un anévrisme.
  • Syphilis. La syphilis est une maladie sexuellement transmissible qui était très courante presque partout. Aux stades ultérieurs de cette maladie, l'agent pathogène pénètre dans divers organes avec une circulation sanguine. Souvent, les spirochètes (agents responsables de la syphilis) sont localisés précisément dans la paroi aortique et la détruisent progressivement. À un certain stade, la paroi s'affaiblit et un anévrisme se forme. De nos jours, cette raison devient moins courante, car la syphilis est généralement rapidement diagnostiquée et traitée avec succès. Les mêmes formes lancées de la maladie ne se manifestent pas toujours précisément par un anévrisme aortique.
  • Blessure. Les dommages mécaniques aux membranes aortiques sont très rares. Cela peut être le résultat de certaines manipulations diagnostiques ou thérapeutiques sur le cœur. Angiographie coronaire, angioplastie coronaire transluminale, boule d'angioplastie aortique, contre-pulsation intra-aortique, prothèses valvulaires aortiques, etc. conduisent parfois à des dommages accidentels. Dans ces cas, l'anévrisme commence à se former plusieurs jours ou semaines après la procédure, mais peut ne plus provoquer de symptômes.
  • Maladies congénitales. Il existe un certain nombre de maladies congénitales qui affectent le développement et la structure du tissu conjonctif. Les plus courants sont le syndrome de Marfan et le syndrome d'Ehlers-Danlos. En raison de la faiblesse des fibres du tissu conjonctif, la paroi aortique s'affaiblit et ne résiste pas à la pression artérielle. L'anévrisme dans ce cas prend généralement la forme d'un fuseau. Le navire est uniformément élargi. De plus, avec ces syndromes, il existe la possibilité de formation simultanée de plusieurs anévrismes dans différentes parties de l'aorte.
  • Certaines maladies inflammatoires. L'inflammation de l'aorte est appelée aortite. Dans les cas graves de la maladie, un étirement irréversible de la paroi peut survenir avec la formation d'un anévrisme. Dans ces cas, un anévrisme sera une conséquence de l'aortite. Il peut y avoir de nombreuses causes d'aortite. Parfois, ce sont des agents infectieux qui se sont infiltrés dans un lieu atypique. Par exemple, les aortites tuberculeuses, salmonelles ou fongiques sont connues. Une inflammation non infectieuse est également possible. Ce sont des processus auto-immunes provoqués par des perturbations du système immunitaire du corps. En règle générale, ils se manifestent par des lésions du tissu conjonctif d'autres organes (articulations, valves cardiaques, reins, etc.), mais dans de rares cas, l'aorte peut également être affectée. Des exemples de telles maladies sont la maladie de Takayasu, la spondylarthrite ankylosante, la thromboangéite oblitérante. En pratique, toutes ces causes sont très rares.

Il existe également un grand nombre de divers facteurs de prédisposition qui n'affectent pas directement la structure de la paroi aortique, mais contribuent indirectement à la formation d'anévrismes. Une enquête détaillée du patient peut aider à identifier l'influence de ces facteurs, et leur élimination est importante pour améliorer le pronostic. Dans la plupart des cas, l'effet de ces facteurs est associé à des troubles métaboliques, à une augmentation de la pression artérielle ou à un volume sanguin circulant.

Les facteurs prédisposants contribuant à la formation d'un anévrisme aortique sont:

  • Fumer. Il est prouvé que le tabagisme contribue au développement de l'athérosclérose et à travers lui la dégénérescence des tissus dans la paroi aortique. De plus, les fumeurs expérimentés développent souvent une hypertension.
  • Mauvaise nutrition. Un excès d'aliments gras riches en cholestérol est un lien important dans le développement de l'athérosclérose. L'excès de cholestérol avec les aliments est souvent associé à une concentration accrue de cette substance dans le sang. Le risque de développer un anévrisme, respectivement, augmente.
  • Âge avancé. Statistiquement, l'anévrisme aortique affecte le plus souvent les personnes âgées de plus de 40 à 50 ans. Plus l'âge est élevé, plus le risque est élevé. Cela est dû à des troubles métaboliques, à une dégénérescence du tissu conjonctif, à une tendance à l'hypertension. En pratique, chez les personnes âgées, l'athérosclérose est le plus souvent responsable de la formation d'un anévrisme, tandis que chez les jeunes - troubles congénitaux ou syphilis.
  • Embonpoint. L'obésité est également un facteur prédisposant au développement de l'athérosclérose.
  • La présence d'autres maladies chroniques. Il a été statistiquement prouvé qu'un rôle majeur dans le développement de l'anévrisme aortique est joué par l'hypertension (pression artérielle élevée). Environ 75% des patients atteints de cette maladie en souffrent. Maladies auto-immunes chroniques, foyers d'infection chroniques, etc. peut également jouer un rôle.

Ainsi, nous pouvons conclure que l'anévrisme aortique n'est pas une maladie indépendante. Dans la grande majorité des cas, c'est une complication d'autres pathologies. Le risque augmente considérablement lorsqu'il est exposé aux facteurs ci-dessus. Cependant, ces facteurs ne peuvent à eux seuls endommager le navire. Ils ne font qu'exacerber les dommages existants.

L'anévrisme de l'aorte congénitale est dit dans les cas où un défaut de vaisseau était déjà dans le corps au moment de la naissance. Ce type d'anévrisme peut survenir en raison de problèmes de développement fœtal (maladie maternelle pendant

etc.) ou des maladies génétiques. Dans le second cas, vous pouvez parfois retracer une prédisposition héréditaire à de tels problèmes. Des parents de sang ont donné naissance à des enfants ayant des problèmes similaires;

. Les adultes peuvent souffrir de diverses maladies cardiovasculaires. De plus, selon les statistiques, pour un certain nombre de maladies génétiques, l’anévrisme de l’aorte congénitale est généralement associé à d’autres

valve aortique, tétralogie de Fallot, etc.). Le pronostic de ces enfants est décevant, car une chirurgie cardiaque complexe est nécessaire. Dans le même temps, les enfants sont généralement affaiblis, naissent avec un poids inférieur à la norme.

Simptomy anevrizmy aorty po vidam - Dissection d'un anévrisme de l'aorte - causes, symptômes et traitement

Si un enfant atteint d'anévrisme congénital de l'aorte thoracique ou abdominale grandit, le risque de rupture est considérablement réduit. Bien sûr, le patient doit se conformer à toutes les prescriptions des médecins et suivre un traitement préventif. Le plus souvent, après stabilisation dans l'enfance ou à l'âge adulte, il est toujours recommandé de retirer l'anévrisme chirurgicalement.

Detonic - un médicament unique qui aide à lutter contre l'hypertension à tous les stades de son développement.

Detonic pour la normalisation de la pression

L'effet complexe des composants végétaux du médicament Detonic sur les parois des vaisseaux sanguins et le système nerveux autonome contribuent à une diminution rapide de la pression artérielle. De plus, ce médicament empêche le développement de l'athérosclérose, grâce aux composants uniques impliqués dans la synthèse de la lécithine, un acide aminé qui régule le métabolisme du cholestérol et empêche la formation de plaques athérosclérotiques.

Detonic pas de syndrome de dépendance et de sevrage, car tous les composants du produit sont naturels.

Informations détaillées sur Detonic se trouve sur la page du fabricant www.detonicnd.com.

Types d'anévrismes aortiques

Il existe plusieurs critères selon lesquels tous les anévrismes peuvent être divisés en types. Une telle classification permet aux médecins de formuler plus précisément le diagnostic du patient et de déterminer le traitement. La séparation des anévrismes en types est justifiée, car chaque type a ses propres caractéristiques, se produit dans certaines conditions et nécessite également une approche individuelle du traitement. Le type d'anévrisme est généralement déterminé dans le processus de diagnostic à l'aide de diverses méthodes d'examen instrumentales.

Par position, tous les anévrismes aortiques peuvent être divisés en les types suivants:

  • Anévrisme de l'aorte ascendante. Il est situé entre la valvule aortique du cœur et l'arc aortique (devant le lieu d'origine de la diaphyse brachio-céphalique).
  • Anévrisme de l'arc aortique. Situé au détour de l'aorte. Le virage va de droite à gauche, ici le vaisseau tourne à 180 degrés et va à la cavité abdominale. Les anévrismes de l'arc aortique capturent souvent ses grosses branches situées sur ce site.
  • Anévrisme de l'aorte descendante. Il est situé sur un segment de l'artère sous-clavière gauche au diaphragme. Sur la paroi thoracique antérieure, ces anévrismes sont projetés approximativement sur le sternum.
  • Anévrisme suprarénal. Il est situé dans la cavité abdominale (c'est un type d'anévrisme de l'aorte abdominale) dans la zone allant du diaphragme au lieu de décharge des artères rénales.
  • Anévrisme infrarouge. Il est situé sur le site de l'aorte abdominale en dessous du lieu de décharge des artères rénales avant bifurcation (bifurcation) de l'aorte en deux artères iliaques.

Si les anévrismes sont multiples, l'emplacement de chacun d'eux est indiqué. Cette option est assez rare. La cause est généralement une prédisposition congénitale à la formation d'anévrismes - syndrome de Marfan et autres maladies graves qui réduisent la résistance du tissu conjonctif. Les anévrismes aortiques multiples situés à la fois dans la poitrine et dans la cavité abdominale ont un pronostic beaucoup plus sérieux que les formations simples.

Classification

Les symptômes de l'anévrisme aortique sont presque toujours absents. C'est l'insidiosité de cette maladie. Ils n'apparaissent que lorsque l'anévrisme est devenu énorme. Toute catastrophe survient après une pause.

Quels symptômes surviennent lorsque l'anévrisme atteint une taille significative? Tous les symptômes sont divers signes de compression des structures voisines par ce «sac gonflé».

Anévrisme de l'arc aortique

Les symptômes sont variés, en raison de la présence d'un grand nombre de structures:

  • il y a une douleur lancinante dans la poitrine ou derrière le sternum, qui peut irradier vers le dos;
  • avec compression de la trachée et des bronches, une toux sèche et douloureuse se produit, avec une diminution de la lumière des voies respiratoires - essoufflement;
  • lorsque le nerf laryngé récurrent est impliqué dans le processus, un enrouement prononcé de la voix se produit;
  • si l'anévrisme serrait la veine cave supérieure, il y aurait un gonflement et un visage bleu, les veines du cou gonfleraient, les paupières gonfleraient et des symptômes d'hypertension intracrânienne apparaîtraient: maux de tête, diminution de la vision;
  • avec la compression de l'œsophage, des difficultés à avaler peuvent survenir;
  • si le nerf sympathique est comprimé, le syndrome de Horner (ptosis, myosis, énophtalmie) se développera du côté de la compression, c'est-à-dire un prolapsus de la paupière supérieure, un rétrécissement constant de la pupille et une réduction (rétraction) du globe oculaire.

Parfois, les signes d'anévrisme ne se produisent pas avant l'écart. Mais, selon l'emplacement dans la poitrine, il y a:

  • douleur intense entre les omoplates et la poitrine, lancinante;
  • pneumonie fréquente avec compression de leurs services;
  • l'apparition d'une bradycardie;
  • avec compression des vaisseaux de la moelle épinière, le développement de symptômes à distance est possible - paralysie et parésie dans les jambes, troubles de la sensibilité, incontinence urinaire;

shutterstock 469988582 - Dissection d'un anévrisme de l'aorte - causes, symptômes et traitement

L'anévrisme de l'aorte abdominale se manifeste souvent par des douleurs abdominales. À propos, certaines personnes, pour une raison quelconque, parlent et posent la question comme suit: «Anévrisme abdominal - qu'est-ce que c'est?». Il est recommandé d'ouvrir un manuel d'anatomie pour comprendre que l'aorte est rétropéritonéale, mais pas dans la cavité abdominale.

En plus des douleurs abdominales, les symptômes de l'anévrisme peuvent inclure:

  • pulsation dans l'abdomen ou sensation de «plénitude»;
  • lors de la compression du duodénum 12, des symptômes abondants peuvent apparaître: éructations, nausées et vomissements;
  • avec compression de l'uretère, une stagnation de l'urine se produit dans le bassin, une pyélonéphrite se développe, des troubles dysuriques se produisent;
  • avec compression des racines nerveuses, il y a une simulation de «chondrose» avec douleur au bas du dos;
  • enfin, il y a une insuffisance circulatoire chronique dans les jambes, une claudication intermittente, une perturbation trophique (refroidissement de la peau, chute des cheveux, ongles cassants).

Comme vous pouvez le voir, les symptômes de l'anévrisme aortique dans différents départements sont très riches et peuvent conduire le long du mauvais chemin de diagnostic n'importe où. Heureusement, le diagnostic d'anévrisme, avec l'avènement des méthodes de recherche en imagerie (échographie, TDM, IRM) a été grandement facilité.

Les anévrismes aortiques peuvent être différents dans leur structure et leur forme.

Selon ses caractéristiques pathologiques, l'anévrisme est:

  • vrai - est une saillie de la paroi du vaisseau, qui est formée de toutes les couches vasculaires de l'aorte;
  • faux (ou pseudo-anévrisme) - est une saillie de la paroi du vaisseau, qui est formée d'hématomes pulsés, les parois des vaisseaux sont constituées de tissu conjonctif paraaortique et de dépôts sous-couches de caillots sanguins.

Sous sa forme, un anévrisme aortique peut être:

  • sacculaire - la cavité de la saillie pathologique de l'aorte communique avec sa lumière à travers le canal cervical;
  • en forme de fuseau - se produit le plus souvent, sa cavité est similaire à la forme de la broche et communique avec la lumière aortique par aw>shutterstock 468639518 - Dissection d'un anévrisme de l'aorte - causes, symptômes et traitement

La stratification du vaisseau sanguin principal due à la formation d'un anévrisme est de plusieurs types. Il existe des formes de la maladie selon le lieu de sa localisation et la nature du tableau clinique. Il existe trois types de processus anormaux.

  1. Premier type. Il se caractérise par une rupture de la coquille à l'intérieur du mur dans la région ascendante. La stratification s'étend à la région abdominale. Le résultat peut être la formation d'un sac aveugle dans la partie distale ou la rupture de l'aorte dans la même zone.
  2. Le deuxième type. Il a une évolution similaire avec le premier type, mais il n'y a pas de rupture, et un sac aveugle se forme dans le tronc brachiocephalic.
  3. Le troisième type. Elle est déterminée par la rupture de la paroi interne du vaisseau dans la région thoracique. En conséquence, un sac aveugle peut se former au-dessus du diaphragme ou dans la région abdominale. La dissection peut également se produire dans d'autres sections de l'aorte et entraîner la formation d'un sac. Le plus grand danger est la fenestration distale.

Chaque type de pathologie a un tableau clinique et des causes spécifiques. Les prédictions d'une violation de toutes les fonctionnalités du vaisseau cardiaque peuvent être complètement différentes. Mais le plus souvent, ils sont défavorables.

Signes et symptômes de l'anévrisme aortique

Dans la plupart des cas, les anévrismes aortiques, où qu'ils se trouvent, sont asymptomatiques aux premiers stades de la maladie. Cela est dû au fait qu'un étirement modéré des parois, qu'il soit en forme de fuseau ou sacculaire, aggrave le flux sanguin, provoque des turbulences, mais ne les arrête pas. En d'autres termes, le problème apparaît, mais le sang continue de couler vers tous les organes.

le médecin peut remarquer accidentellement une ombre sur l'aorte.

Les symptômes de l'anévrisme aortique, lorsqu'ils apparaissent, peuvent avoir deux principaux mécanismes d'origine. Le premier est les perturbations hémodynamiques. Les symptômes sont causés par une altération de la circulation sanguine, à cause de laquelle le sang artériel pénètre dans les branches de l'aorte et divers organes et tissus en souffrent. Ces symptômes peuvent être très divers et dépendent de l'emplacement de l'anévrisme.

Par exemple, avec un anévrisme de l'aorte abdominale, les organes de la cavité abdominale souffrent principalement, avec un anévrisme de la cavité thoracique - le cœur, la tête. Le deuxième groupe de symptômes est celui de la compression. Ils surviennent avec de gros anévrismes et sont associés à une compression mécanique des structures anatomiques adjacentes. Le troisième groupe comprend la douleur.

Les symptômes d'un anévrisme aortique thoracique apparaissent le plus souvent avec une éducation importante. En raison de la proximité du vaisseau avec le cœur, on peut souvent observer une variété de perturbations dans le fonctionnement de cet organe. La nature des symptômes et leur intensité dépendent de la localisation de l'anévrisme, de sa taille, ainsi que de la maladie qui l'a provoqué. Par exemple, avec un anévrisme contre la syphilis, le patient peut apparaître

. Mais les lésions cutanées ne seront pas directement liées à l'anévrisme. Ces deux processus seront une conséquence de l'activité de l'agent causal de la syphilis. Les symptômes que l'anévrisme lui-même provoque seront décrits ci-dessous.

Avec un anévrisme de l'aorte thoracique, les symptômes suivants sont les plus caractéristiques:

  • Aortalgie. La douleur pendant l'anévrisme peut être associée à des lésions des terminaisons nerveuses dans la paroi vasculaire ou à une atteinte des nerfs du plexus paraaortique. La douleur d'anévrisme apparaît généralement lorsque les bras sont levés, ce qui la distingue de la plupart des autres maladies. Il est localisé derrière le sternum, se propage rarement à d'autres zones. La distribution est associée à la localisation de l'anévrisme. Contrairement à la douleur angineuse (ischémique), les attaques ici sont plus longues, la douleur est moins intense et ne répond pas à la nitroglycérine. Parfois, le patient ne peut pas exprimer exactement la douleur qui le dérange. Il convient de prêter attention au moment de son apparition. Il a été noté qu'avec l'anévrisme, la douleur apparaît souvent le matin, lorsque le patient se lave les cheveux, se peigne. Ces actions sont associées à un effort physique modéré et à la levée des bras, ce qui provoque une exacerbation de la douleur.
  • Toux. La toux est plus souvent associée à une compression de la trachée ou des bronches, ainsi qu'à des troubles circulatoires dans le petit cercle et à une aggravation du cœur. Tout cela en combinaison conduit à l'apparition d'une toux improductive (sans expectoration). Chez certains patients, il devient paroxystique et peut même ressembler à une crise de toux avec coqueluche (aboiements prolongés), mais sans séparation de mucus à la fin.
  • Lourdeur derrière le sternum. La lourdeur derrière le sternum peut déranger les patients présentant des symptômes de compression. Ils peuvent se plaindre d'un «corps étranger» ou d'une «formation volumétrique». Dans ce cas, bien sûr, plus l'éducation est importante, plus ce symptôme se produit souvent. Mais même avec un petit anévrisme, une gravité peut également apparaître. Le sentiment est individuel.
  • Dyspnée. L'apparition de la dyspnée est associée à une altération de la fonction cardiaque, un changement de la pression artérielle. L'attaque, en règle générale, ne dure pas longtemps. Comme la douleur ou la toux, il peut être déclenché en levant les bras.
  • Vertiges. Les étourdissements sont le plus souvent associés à des troubles hémodynamiques. Si l'anévrisme est situé dans la région du tronc brachiocephalic ou de l'artère carotide commune gauche, le sang peut empirer dans le cerveau. Cela provoque des étourdissements, des maux de tête, un assombrissement des yeux et d'autres symptômes neurologiques. Les oreilles et le bout du nez peuvent également devenir froids (et parfois même devenir bleus). Parfois, les étourdissements sont également associés à une augmentation ou une diminution concomitante de la pression, qui est souvent observée chez les patients atteints d'anévrisme.
  • Augmentation de la fréquence cardiaque. L'éjection de sang du cœur dans l'aorte pendant l'anévrisme peut être difficile. Pour cette raison, les patients se plaignent parfois de tachycardie (palpitations cardiaques) ou de sentir leur propre rythme cardiaque (ce qui n'est pas normal non plus).

Il existe également de nombreux symptômes de compression. En même temps, en règle générale, le travail d'un certain corps est perturbé, ce qui conduit à l'idée de problèmes avec lui.

Avec un anévrisme de l'aorte thoracique, une compression des structures anatomiques suivantes peut être observée:

  • Trachée et bronches majeures. Avec des anévrismes importants, la compression de ces structures anatomiques peut provoquer un certain nombre de symptômes du système respiratoire. Tout d'abord, c'est une toux, une difficulté à respirer profondément, une respiration bruyante. Avec un anévrisme de l'aorte ascendante, la bronche principale droite est plus souvent comprimée, et avec un anévrisme de l'arc ou de l'aorte descendante, la gauche. Dans de rares cas, le symptôme d'Oliver-Cardarelli est également observé. Dans ce cas, le larynx est légèrement décalé au rythme des battements cardiaques. Le symptôme est causé par la transmission de pulsations de l'anévrisme à la trachée comprimée.
  • Oesophage. Un anévrisme majeur peut comprimer l'œsophage, provoquant des difficultés à avaler (dysphagie). Les aliments solides sont plus difficiles à avaler que les aliments liquides ou mous (soupes, céréales). Après avoir mangé, le patient a souvent une sensation de corps étranger derrière le sternum, une lourdeur. Avec un anévrisme de l'aorte descendante, une partie de l'œsophage près du diaphragme peut être serrée (il y a déjà l'œsophage). Après un dîner copieux, des douleurs assez intenses dans le haut de l'abdomen (dans l'épigastre) peuvent apparaître.
  • Nerf récurrent gauche. Ce nerf est impliqué dans l'innervation des muscles à proximité des cordes vocales. Sa compression se manifeste souvent par un enrouement ou un enrouement de la voix.
  • Artère sous-clavière gauche et tronc brachiocephalic. Le plus souvent, ces vaisseaux sont comprimés avec de grands anévrismes en forme de sac de l'arc aortique. Au cours de l'examen, les patients ont noté l'asymétrie du pouls sur les mains (et parfois sur l'artère carotide). Il peut également y avoir des symptômes transitoires visuels, auditifs et autres symptômes similaires.
  • Ganglion sympathique cervical gauche. Le plus souvent, sa compression a lieu avec de gros anévrismes de l'arc aortique. Le résultat de l'irritation de ce nerf est le symptôme de Horner, qui consiste en une triade - anisocorie (différentes tailles de pupilles dans les yeux), énophtalmie (rétraction, ajustement plus profond de l'œil par rapport à la norme), rétrécissement de la fissure palpébrale.
  • Veine cave supérieure. Ce vaisseau reçoit du sang veineux de la tête et des membres supérieurs. Il est compressé uniquement avec de très gros anévrismes. Le résultat est une stagnation de sang dans les veines de la tête et des mains. Gonflement du visage, cyanose, gonflement des veines cervicales, troubles du sommeil, maux de tête peuvent apparaître. Puisque la compression se produit de l'extérieur, en règle générale, l'écoulement de sang est rétabli dans une certaine position (sur le côté, sur le ventre, debout, etc.). Cela peut être considéré comme une caractéristique de l'anévrisme, car la stase sanguine dans la veine cave supérieure est le plus souvent causée par des problèmes cardiaques. Cependant, il ne disparaît pas avec un changement de position corporelle.

L'anévrisme de l'aorte ascendante est assez rare dans la pratique médicale. Certains experts ne la distinguent même pas dans la classification de cette maladie. Dans ce cas, les problèmes avec la paroi vasculaire sont localisés immédiatement après sa sortie de l'oreillette gauche. A ce niveau, les grosses branches ne partent pas de l'aorte. Cependant, les bouches des artères coronaires se trouvent ici. Les problèmes de circulation sanguine dans ce domaine augmentent votre risque.

développement de l'artère coronaire

. Parmi les symptômes concomitants, une douleur peut être observée derrière le sternum ou dans la région du cœur (douleur ischémique associée à un apport insuffisant d'oxygène au muscle cardiaque). La douleur coronarienne se produit en raison du fait que le sang traverse pire la partie dilatée du vaisseau. Autrement dit, il devient plus difficile pour le cœur de se contracter.

shutterstock 306650666 - Dissection d'un anévrisme de l'aorte - causes, symptômes et traitement

Un muscle (myocarde) commence à consommer plus d'oxygène et sa disponibilité est limitée. Il est également possible de perturber la valve aortique, d'augmenter la fréquence cardiaque, que le patient ressent lui-même même au repos. Cependant, tous ces symptômes sont facultatifs. C'est juste qu'ils se retrouvent plus souvent précisément avec la localisation de l'anévrisme dans la partie ascendante du vaisseau.

Anévrisme de l'arc aortique

Cette localisation de l'anévrisme dans la poitrine est assez courante par rapport à d'autres options. Comme les branches les plus grosses (le tronc brachiocephalic, l'artère carotide commune gauche et l'artère sous-clavière gauche) s'écartent précisément de l'arc, de tels anévrismes sont moins asymptomatiques.

Comme la circulation sanguine dans les vaisseaux de la tête et des mains s'aggrave souvent avec un anévrisme de l'arc, les symptômes peuvent être très divers. Le patient peut faire le tour de nombreux spécialistes jusqu'à ce que l'un d'eux prescrive une radiographie préventive de la cavité thoracique et trouve un vrai problème.

De tous les anévrismes de l'aorte thoracique, l'anévrisme de la section descendante est le plus fréquent (selon diverses sources, dans 50 à 70% des cas). Ce segment du vaisseau est le plus long, de l'arc à l'ouverture aortique du diaphragme. Les anévrismes majeurs dans cette zone interfèrent souvent avec le fonctionnement normal du cœur et

. Sans même donner de symptômes spécifiques, ils peuvent provoquer une sensation de lourdeur derrière le sternum, l'incapacité de respirer profondément. Certains patients se plaignent d'une toux prolongée, le risque de devenir

. Tout cela est associé à la compression (compression) d'un service pulmonaire particulier. Il détériore la ventilation et l'apport sanguin, ce qui ouvre la voie à l'infection.

Selon les statistiques, les anévrismes se forment beaucoup plus souvent sur l'aorte abdominale que sur l'aorte thoracique. Cela est peut-être dû à certains changements dans la structure de la paroi du vaisseau. D'un point de vue médical, ces maladies sont très différentes. Cela est principalement dû aux symptômes et aux manifestations de la pathologie. Dans la cavité abdominale se trouvent principalement les organes du tractus gastro-intestinal.

Vues de base

Symptômes

Anévrisme de l'arc aortique

La gravité et la nature des signes d'anévrisme aortique sont déterminées par le lieu de sa localisation et son stade de développement. Ils sont non spécifiques, divers et, en particulier avec une gravité insuffisante ou une progression rapide, sont attribués à d'autres maladies par les patients. La séquence de leur apparition est toujours déterminée par de tels processus pathologiques:

  • lors d'une déchirure de l'intima aortique, le patient développe une douleur et la pression artérielle diminue fortement;
  • dans le processus de stratification de la paroi aortique, le patient a une douleur aiguë de nature migratoire, des épisodes répétés de baisse de la pression artérielle et des symptômes des organes (ils sont déterminés par l'emplacement de l'anévrisme, la déchirure de l'intimité et l'hémorragie);
  • lors d'une rupture complète de la paroi aortique, le patient développe des signes de saignement interne (pâleur aiguë, sueurs froides, baisse de la pression artérielle, etc.) et un choc hémorragique se développe.

Selon la combinaison de tous les facteurs ci-dessus, le patient peut ressentir:

  • douleur de caractère brûlant, pressant ou déchirant, localisée ou irradiant vers le bras, la poitrine, les omoplates, le cou, le bas du dos ou les jambes;
  • cyanose de la partie supérieure du corps avec développement d'hémopéricarde;
  • évanouissement qui se développe avec des dommages et une irritation des vaisseaux sortant du cerveau ou avec une forte anémie du patient due à des saignements massifs;
  • bradycardie sévère au début d'une déchirure intimale, remplacée par la suite par une tachycardie.

Chez la plupart des patients, l'anévrisme aortique, en particulier aux premiers stades de son développement, est asymptomatique. Une telle évolution de la maladie est particulièrement pertinente lorsque la protrusion pathologique de la paroi vasculaire dans l'aorte thoracique est localisée. Dans de tels cas, les signes de pathologie sont soit détectés par hasard lors d'un examen instrumental pour d'autres maladies, soit se font sentir plus clairement si l'anévrisme est localisé dans la zone du coude aortique de l'arc.

Dans certains cas, avec une irritation vasculaire, une dissection aortique dans la région des vaisseaux coronaires et une compression des artères coronaires, le tableau clinique de l'anévrisme aortique est combiné avec des symptômes d'infarctus du myocarde ou d'angine de poitrine. Avec la localisation de la saillie pathologique dans l'aorte abdominale, les symptômes de la maladie sont clairement exprimés.

Un examen ECG d'un patient souffrant d'anévrisme aortique peut avoir une image variable. Dans 1/3 des cas, aucune déviation n'y est constatée, et dans d'autres, des signes de lésions myocardiques focales et d'insuffisance coronaire sont observés. Avec la dissection aortique, ces signes sont persistants et sont détectés sur plusieurs ECG pris à plusieurs reprises.

Dans un test sanguin général, le patient présente une leucocytose et des signes d'anémie. Avec la stratification de l'anévrisme aortique, une diminution du taux d'hémoglobine et de globules rouges est en constante progression et associée à une leucocytose.

De plus, chez les patients atteints de cette maladie, l'apparition de certains symptômes neurologiques est possible:

  • Convulsions;
  • troubles lors de la miction et de la défécation;
  • hémiplégie;
  • des évanouissements;
  • paraplégie.

Lorsque les artères fémorales et iliaques sont impliquées dans le processus pathologique, des signes d'une violation de l'apport sanguin aux membres inférieurs sont observés. Le patient peut apparaître: douleur aux jambes, gonflement, blanchiment ou cyanose de la peau, etc.

En cas de séparation de l'anévrisme de l'aorte abdominale dans l'abdomen, une tumeur pulsatoire et de taille croissante se forme, et lorsque du sang est versé dans la cavité pleurale, le péricarde ou le médiastin, en tapant sur les bords du cœur, leur déplacement, leur expansion et une perturbation du rythme cardiaque jusqu'à l'arrêt cardiaque est observée.

Dans la plupart des cas, la rupture de l'anévrisme aortique n'est accompagnée d'aucun symptôme spécifique. Initialement, le patient peut ressentir une gêne et une douleur non intense, et au début des saignements, les signes de choc hémorragique rejoignent le tableau clinique.

En cas d'hémorragie massive et rapide, des évanouissements et des douleurs intenses peuvent survenir dans différentes parties du corps (si la dissection ou la rupture de l'aorte se produit en contact étroit avec le faisceau nerveux). Un autre pronostic d'une telle perte de sang importante dépend du volume total de sang perdu.

Avec un anévrisme aortique stratifié, des signes et symptômes caractéristiques seront observés:

  • le patient ressent une attaque aiguë de douleur aiguë. Il est localisé dans la zone de la poitrine, à l'avant, et donne également entre les omoplates. La douleur est discontinue. Les médecins peuvent les distinguer de l'infarctus du myocarde par la force de leur manifestation, dans le cas d'un anévrisme, les sensations les plus fortes seront au début de son développement. Avec une concentration de douleur dans l'aorte thoracique, une stratification des tissus du vaisseau se produit. De nombreux patients qualifient ces sensations de perçage et de déchirure;
  • mort imminente;
  • manifestation de stagnation dans les vaisseaux;
  • développement d'AVC;
  • manifestations ischémiques aiguës;
  • paralysie immédiate des bras ou des jambes;
  • violations de l'artère coronaire droite;
  • insuffisance rénale;
  • augmentation de la pression artérielle due à une diminution de la lumière vasculaire;
  • douleur dans l'abdomen.

Et il y a aussi une stratification de l'anévrisme aortique sans manifestation de douleur. Pour établir un diagnostic, il est nécessaire d'étudier les antécédents médicaux, l'état de sa santé et son mode de vie. Pourtant, une comparaison des résultats des examens sera nécessaire, pour cela, les médecins étudient tous les indicateurs d'un examen thoracique qui ont été effectués.

Les signes de dissection aortique dépendent directement de l'évolution caractéristique de la maladie. La gravité des symptômes est affectée par l'étendue de la destruction de la paroi des vaisseaux sanguins, la présence d'un hématome, l'occlusion et la compression de l'aorte elle-même, ainsi que l'ischémie possible des organes internes.

Les symptômes de la maladie apparaissent de plusieurs façons:

  • la formation d'un hématome entier à l'intérieur des parois;
  • stratification des tissus et rupture des anévrismes dans la lumière;
  • destruction de la paroi et rupture de l'anévrisme dans les tissus environnants;
  • déchirure aortique sans stratification des parois.

Un anévrisme se forme non pas progressivement, mais soudainement. Les signes de pathologie sont similaires aux maladies de nature neurologique, au système cardiovasculaire ou aux anomalies urologiques. Chez les patients, une vive douleur intense se produit, s'étendant à toute la partie centrale du corps.

D'autres symptômes sont observés:

  • la pression artérielle augmente;
  • pouls différent sur les bras et les jambes;
  • la faiblesse;
  • transpiration accrue;
  • peau bleue;
  • augmentation de l'activité motrice.

La stratification d'un anévrisme aortique peut entraîner d'autres maladies associées au travail du cœur et du système nerveux. Certains patients présentaient une ischémie myocardique, le développement d'une régulation aortique, une tamponnade et une hémopéricardie cardiaque.

L'insidiosité de la dissection aortique est que la pathologie peut être asymptomatique, et lorsque les premiers signes de troubles apparaissent, il y a très peu de temps pour le diagnostic et le traitement.

Parlant de stratification aiguë, ils signifient sa durée ne dépassant pas deux semaines, c'est le scénario le plus dangereux.

La stratification chronique dure des semaines et des mois.

Les symptômes de la dissection aortique dépendent du site des dommages à la paroi vasculaire et de la gravité des changements. Des signes de stratification peuvent être envisagés:

  1. Syndrome de la douleur;
  2. Évanouissement, chute brutale de la pression artérielle, choc;
  3. Insuffisance cardiaque, bradycardie sévère;
  4. Troubles circulatoires dans les organes internes.

La douleur est généralement localisée dans la poitrine, le bas du dos, les membres, le cou. Les patients la décrivent comme insupportable, «déchirante». Lorsque la stratification s'étend le long de la paroi du vaisseau, la douleur migre, se produisant dans d'autres parties du corps.

L'évanouissement et une forte baisse de la pression artérielle sont le résultat direct d'une violation de l'intégrité de l'aorte, lorsque le sang se précipite dans les faux canaux de sa paroi ou même au-delà. Les organes internes souffrent de malnutrition, le cœur, le cerveau et les reins souffrent. Certains patients s'évanouissent d'une douleur insupportable.

Avec une perte de sang massive, une hémorragie dans la cavité de la poche cardiaque (tamponnade cardiaque), une ischémie aiguë des organes, un choc se développe rapidement, l'état du patient s'aggrave rapidement et progressivement, il perd connaissance, un arrêt cardiaque et la mort sont possibles.

L'insuffisance de la circulation sanguine centrale, le flux sanguin inverse à travers la valve aortique (régurgitation) contribuent à l'insuffisance cardiaque aiguë. De nombreux patients ont une bradycardie et une insuffisance cardiaque, la pression artérielle sur les membres peut varier considérablement, reflétant un pronostic extrêmement mauvais.

La violation de la circulation sanguine dans les organes entraîne l'apparition de symptômes d'infarctus du myocarde, d'accident vasculaire cérébral, d'insuffisance rénale aiguë. Le patient pâlit, une cyanose se produit, un essoufflement apparaît, la quantité d'urine excrétée diminue.

La stratification de l'aorte abdominale est souvent une conséquence de l'athérosclérose. Dans le contexte des troubles circulatoires, des dommages ischémiques aux intestins, aux reins et aux membres inférieurs se produisent dans la partie inférieure du vaisseau. L'hypertension artérielle rénale secondaire est caractéristique.

La stratification de l'aorte thoracique et de sa partie ascendante entraîne une augmentation rapide de la douleur, de l'insuffisance cardiaque, du développement d'un infarctus du myocarde et d'une ischémie cérébrale aiguë. Les dommages à ces sections ont tendance à se propager rapidement au fragment inférieur du navire. Les complications de stratification les plus dangereuses dans la section ascendante sont l'hémotamponade péricardique et la rupture totale de la paroi aortique.

La suspicion de stratification de la paroi aortique nécessite une intervention rapide du médecin pour confirmer le diagnostic et commencer immédiatement le traitement. Les méthodes de diagnostic les plus informatives sont la radiographie pulmonaire, l'échocardiographie, l'aortographie, la TDM et l'IRM.

Diagnostics

Il est très difficile de diagnostiquer à la fois un anévrisme de l'aorte thoracique ou abdominale pour plusieurs raisons. Premièrement, la maladie ne se manifeste souvent par aucun symptôme, et même une visite préventive chez le médecin ne révèle pas toujours d'écarts. Deuxièmement, les symptômes d'un anévrisme aortique sont très similaires à un certain nombre d'autres maladies. L'apparition de plaintes générales comme sèches

ou une gêne thoracique font tout d'abord penser à d'autres pathologies. Troisièmement, l'anévrisme aortique lui-même n'est pas si courant dans la pratique médicale, de sorte que de nombreux médecins n'y pensent tout simplement pas lorsqu'ils analysent les premières plaintes du patient.

Si vous soupçonnez un anévrisme de l'aorte, vous devez contacter votre médecin de famille ou cardiologist. Ce sont eux qui peuvent mener avec compétence un examen initial et prescrire d'autres tests et examens. Une recherche ciblée d'anévrisme de l'aorte thoracique ou abdominale est dans la plupart des cas réussie. Les médecins parviennent à détecter la formation elle-même, ainsi qu'à collecter toutes les données nécessaires (forme, type, taille, etc.).

L'examen d'un patient a pour but de recueillir des informations sans impliquer de méthodes d'examen supplémentaires. Le médecin essaie d'identifier les anomalies visibles et les anomalies. Cet examen permet parfois avec un degré de probabilité élevé de poser le bon diagnostic même sans attirer de fonds supplémentaires.

Lors d'un examen physique, les méthodes de recherche suivantes sont utilisées:

  • Inspection visuelle Visuellement avec les anévrismes aortiques, très peu d'informations peuvent être obtenues. Toute modification de la forme de la poitrine est extrêmement rare et uniquement dans les cas où le patient a vécu avec un grand anévrisme de l'aorte thoracique pendant au moins plusieurs années. Avec un anévrisme de la grande aorte abdominale, une pulsation peut parfois être observée, qui est transmise à la paroi abdominale antérieure. De plus, lorsque l'anévrisme se rompt sur la paroi abdominale, des taches violettes peuvent parfois être observées - signe d'un saignement interne massif. Cependant, ce symptôme n'apparaît presque jamais sur la paroi abdominale antérieure (généralement sur le côté), car l'aorte est située rétropéritonéalement (séparée de l'intestin, de l'estomac et des autres organes par la feuille postérieure du péritoine), et l'hémorragie se produit principalement dans le espace rétropéritonéal.
  • Percussion. La percussion consiste à tapoter les cavités du corps pour déterminer les limites des différents organes à l'oreille. Avec un anévrisme de l'aorte abdominale, on peut déterminer la taille approximative et l'emplacement de la formation de cette manière. Souvent, la zone d'émoussement du son de percussion coïncide avec la zone du «faisceau vasculaire». Ensuite, en fonction des percussions, cette zone sera agrandie. De plus, avec un gros anévrisme de l'aorte thoracique, les bords du cœur ou du médiastin peuvent être légèrement décalés. Avec l'anévrisme de l'aorte abdominale, la percussion est moins informative, car le vaisseau passe le long de la paroi postérieure de la cavité abdominale. La palpation dans ce cas sera plus informative.
  • Palpation. La palpation de la cavité thoracique est presque impossible en raison du squelette costal, de sorte que la palpation n'est presque jamais utilisée dans le diagnostic de l'anévrisme aortique thoracique. Avec un anévrisme de la cavité abdominale, il est souvent possible de détecter un rythme cardiaque pulsatoire. Cela indique avec éloquence précisément la présence d'anévrisme, car de telles formations ne se produisent pas dans d'autres maladies. De plus, la détection du pouls peut être attribuée à la palpation. Si la fréquence ou le remplissage du pouls est différent selon les mains ou les artères carotides, cela peut indiquer la présence d'un anévrisme de l'arc aortique. Une pulsation affaiblie ou absente sur les artères fémorales (ou une fréquence différente sur différentes jambes) peut indiquer un anévrisme infrarénal.
  • Auscultation. L'écoute avec un stéthophonendoscope (écoute) est une méthode de diagnostic très courante et précieuse. En cas d'anévrisme de l'aorte abdominale, en appliquant un stéthoscope sur le site de projection de l'anévrisme, on peut entendre un bruit amplifié du flux sanguin. Avec un anévrisme de l'aorte thoracique, les changements pathologiques peuvent être différents - un accent métallique du deuxième ton au-dessus de l'aorte, un souffle systolique à la pointe de Botkin, etc.
  • Mesure de pression. Le plus souvent, les patients souffrant d'anévrisme présentent une hypertension (augmentation de la pression). Avec des anévrismes de l'arc aortique de grandes tailles, la pression sur différentes mains peut être différente (la différence est supérieure à 10 mm Hg).

Si des symptômes caractéristiques sont découverts lors d'un examen physique, le médecin prescrit d'autres mesures diagnostiques pour confirmer le diagnostic.

La radiographie est la méthode d'imagerie la plus courante des organes de la cavité abdominale ou thoracique. Les rayons X, traversant les tissus, sont retardés de différentes manières par eux. Les bordures apparaissent donc sur l'image. Ils parlent de sites (organes, tissus, formations) de densités différentes. Avec l'anévrisme aortique thoracique, vous pouvez souvent voir l'un des bords de la cavité de l'anévrisme (par exemple, le renflement de l'arc aortique), ou l'expansion complète du vaisseau. Cela dépend de la qualité de l'image et de l'emplacement de l'anévrisme.

De plus, à l'aide de rayons X, une étude avec contraste (aortographie) est possible. Dans ce cas, une substance spéciale est introduite dans l'aorte, ce qui colore intensément le vaisseau sur l'image. Ainsi, le médecin reçoit des limites claires du vaisseau et de ses branches principales. La forme et la taille de l'anévrisme, son emplacement sont bien définis.

En pratique, cependant, les études de contraste sont rarement utilisées. Premièrement, il s'agit d'une procédure invasive (traumatique), car l'introduction d'un cathéter spécial à travers l'artère fémorale est nécessaire. Pour cette raison, il existe un risque de saignement, d'infection, etc. Deuxièmement, en présence d'anévrisme (en particulier de stratification), il existe un risque élevé de provoquer un écart pendant l'étude. Par conséquent, cette procédure est effectuée uniquement pour des indications spéciales.

L'examen échographique est basé sur le passage des ondes sonores à travers les tissus. Réfléchissant, ces ondes sont capturées par un capteur spécial, et l'ordinateur basé sur les informations reçues construit une image compréhensible pour le médecin. Dans la pratique médicale des anévrismes aortiques, l'échographie est l'une des procédures de diagnostic les plus courantes. En effet, dans

Une machine à ultrasons peut également mesurer le flux sanguin. Cette information est très importante dans le cas des anévrismes, car avec eux, il y a des turbulences dans le flux et certains vaisseaux sanguins ne reçoivent pas suffisamment de sang.

L'échographie pour les patients atteints d'anévrisme aortique présente les avantages suivants:

  • coût relativement faible;
  • recherche indolore et sans danger pour le patient;
  • résultat immédiat;
  • la durée de l'étude n'est que de 10 à 15 minutes;
  • la capacité de déterminer la forme et la taille de l'anévrisme;
  • la capacité de détecter certaines complications de l'anévrisme;
  • la capacité d'évaluer le flux sanguin dans l'aorte et ses branches;
  • la capacité de détecter les caillots sanguins émergents.

En général, l'échographie est plus courante dans le diagnostic de l'anévrisme de l'aorte abdominale. La paroi abdominale est plus mince et l'image que le médecin reçoit est plus précise. Lors de l'examen de l'anévrisme de l'aorte thoracique, un certain nombre de

et les poumons, qui est également important pour le traitement. Une méthode d'examen des organes de la cavité thoracique à l'aide d'ondes ultrasonores est appelée échocardiographie (échocardiographie).

L'imagerie par résonance magnétique et la tomodensitométrie sont des méthodes de diagnostic différentes selon le principe d'action, mais en général elles ont beaucoup en commun. Les deux procédures sont très informatives, mais aussi coûteuses, elles ne sont donc pas prescrites à tous les patients. Souvent, ces méthodes de recherche sont utilisées avant une opération prévue pour retirer l'anévrisme aortique. Dans ce cas, il est nécessaire de collecter autant d'informations que possible sur l'éducation.

Lors de l'IRM, une propriété particulière de la résonance magnétique nucléaire est utilisée. L'image est obtenue en plaçant le patient dans un champ électromagnétique puissant dans lequel l'ordinateur capte le mouvement des noyaux d'hydrogène. Une image de haute précision est formée sur laquelle non seulement la forme tridimensionnelle de l'anévrisme est visible, mais même l'épaisseur de ses parois.

L'IRM a les contre-indications suivantes:

  • implants d'oreille et prothèses auditives intégrées;
  • la présence d'épingles ou de plaques métalliques après les opérations;
  • la présence d'un stimulateur cardiaque;
  • certains types de valves cardiaques prothétiques.

Un avantage important de l'IRM est que cette procédure vous permet également d'évaluer le flux sanguin dans les vaisseaux individuels, et pas seulement d'obtenir une image de l'anévrisme lui-même. Les médecins ont l'occasion d'évaluer les troubles circulatoires et de soupçonner un certain nombre de troubles concomitants.

Avec la tomodensitométrie, la méthode d'obtention d'images est quelque peu différente. Comme dans le cas des rayons X, nous parlons de la différence d'absorption du rayonnement X dans différents tissus du corps. Dans les tomographes modernes, la source de rayonnement tourne autour du patient, prenant un certain nombre de clichés. Ensuite, l'ordinateur simule le résultat.

Le résultat est une série d'instantanés de haute précision. Sur la base des résultats de la tomodensitométrie, un médecin expérimenté peut non seulement détecter les changements dans la structure de l'aorte, mais également déterminer leur taille, leur position et d'autres caractéristiques. Le CT rend l'utilisation du contraste encore plus informative. L'introduction de produit de contraste dans le vaisseau vous permet d'obtenir un modèle informatique des vaisseaux du patient en 3D.

L'électrocardiographie est une méthode de recherche peu coûteuse et indolore qui vise à évaluer l'activité électrique du cœur. Si un anévrisme aortique thoracique ou abdominal est suspecté, il est recommandé de prendre un électrocardiogramme pour plusieurs raisons à la fois. Premièrement, chez les patients souffrant de douleurs thoraciques, cela aidera à différencier l'aortalgie de la douleur angineuse (

), qui peut être facilement confondu. Deuxièmement

, qui est la cause la plus fréquente d'anévrisme aortique, affecte souvent les vaisseaux coronaires, augmentant le risque de crise cardiaque. Il est conseillé d'identifier ces anomalies avec un ECG avant le traitement. Troisièmement, parfois sur l'ECG, des changements spécifiques caractéristiques de l'anévrisme aortique peuvent également être observés. De plus, avec l'aide de cette étude, des changements dans le travail du cœur, qui sont des complications de l'anévrisme, sont parfois trouvés. Avant l'opération de retrait de l'anévrisme et pendant celui-ci, l'ECG est constamment retiré.

Traitement conservateur

Le traitement des anévrismes aortiques implique presque toujours une intervention chirurgicale. Une paroi vasculaire déformée ne peut pas retrouver sa forme à l'aide de médicaments. Dans le même temps, il existe toujours un risque de rupture avec hémorragie interne massive. Par conséquent, au début, le patient est soigneusement examiné, l'étendue et la possibilité d'un traitement chirurgical sont évaluées et un traitement médicamenteux préliminaire (conservateur) est prescrit.

Une partie importante du traitement est la prévention de la rupture de l'anévrisme. Cela comprend un changement de style de vie, de nutrition et de certaines habitudes des patients. Le respect des mesures préventives permettra au patient de mieux se préparer au traitement chirurgical (il ne sera pas urgent de stratification ou de rupture, mais planifié).

La prévention de la formation et de la rupture d'anévrisme comprend les recommandations suivantes:

  • l'arrêt du tabac est peut-être la mesure la plus importante à la fois pour empêcher le développement d'un anévrisme et pour retarder l'augmentation du diamètre d'un anévrisme existant de l'aorte thoracique;
  • normalisation de la pression artérielle (y compris à l'aide de médicaments);
  • normalisation du poids corporel, si nécessaire, avec l'aide d'un nutritionniste;
  • un régime pauvre en cholestérol pour la prévention de l'athérosclérose;
  • refus d'effort physique sérieux;
  • prévention du stress psycho-émotionnel (jusqu'à la prise de sédatifs).

Étant donné que les causes des anévrismes aortiques peuvent varier, d'autres mesures préventives peuvent être nécessaires. Ils sont déterminés et expliqués au patient par le médecin traitant après examen.

L'évolution naturelle d'une maladie telle que l'anévrisme aortique est une augmentation régulière et progressive du diamètre de l'anévrisme, avec sa rupture ultérieure. À l'heure actuelle, en médecine, il n'y a pas suffisamment de médicaments fiables qui pourraient empêcher le développement de processus dégénératifs dans la paroi aortique et la poursuite de la croissance de l'anévrisme. En conséquence, seule une intervention chirurgicale avec résection (ablation) de la zone affectée et son remplacement peuvent être un traitement adéquat.

Mais dans les cas suivants, il est nécessaire de recourir à des médicaments afin de retarder la croissance de l'anévrisme le plus longtemps possible et d'atténuer les symptômes de la maladie:

  • Avec un petit diamètre du site pathologique dans l'aorte (jusqu'à 5 cm) pendant la période d'observation dynamique d'un patient atteint d'anévrisme aortique thoracique.
  • Dans les maladies concomitantes sévères, lorsque le risque de chirurgie dépasse le risque de rupture de l'anévrisme lui-même. Ces conditions comprennent des troubles aigus de la circulation coronarienne, des troubles aigus de la circulation cérébrale, une insuffisance cardiaque II - III degré.
  • En préparation pour la chirurgie.

Pour chaque patient, le médecin traitant sélectionne son propre schéma thérapeutique en fonction du type et de la taille de la formation, ainsi que des symptômes et des plaintes du patient. Cependant, plusieurs groupes de médicaments sont prescrits le plus souvent.

Avec les anévrismes de l'aorte thoracique ou abdominale, des médicaments ayant l'effet suivant peuvent être prescrits:

  • médicaments abaissant la fréquence cardiaque (fréquence cardiaque);
  • médicaments pour abaisser la pression artérielle;
  • médicaments hypocholestérolémiants.

Le bêta est le plus couramment utilisé pour réduire la fréquence cardiaque.

affectant l'innervation du cœur. Avec des contre-indications à l'utilisation de bêtabloquants, le vérapamil du groupe des inhibiteurs calciques peut être prescrit. Il est nécessaire de ralentir la fréquence cardiaque à 50-60 battements par minute. Cela réduit considérablement la charge sur les parois de l'aorte et réduit la probabilité de complications.

Médicaments pour abaisser la fréquence cardiaque chez les patients atteints d'anévrisme aortique

Svetlana Borszavich

Médecin généraliste, cardiologist, avec un travail actif en thérapie, gastro-entérologie, cardiologie, rhumatologie, immunologie avec allergologie.
Maîtrise des méthodes cliniques générales pour le diagnostic et le traitement des maladies cardiaques, ainsi que l'électrocardiographie, l'échocardiographie, la surveillance du choléra sur un ECG et la surveillance quotidienne de la pression artérielle.
Le complexe de traitement développé par l'auteur contribue de manière significative aux lésions cérébrovasculaires et aux troubles métaboliques du cerveau et aux maladies vasculaires: hypertension et complications causées par le diabète.
L'auteur est membre de la Société européenne des thérapeutes, participant régulier à des conférences et congrès scientifiques dans le domaine de cardiologie et médecine générale. Elle a participé à plusieurs reprises à un programme de recherche dans une université privée au Japon dans le domaine de la médecine reconstructive.

Detonic